Archive for the Politics Category

Haiti’s president names new prime minister choice

Posted in English, Miami Herald, Politics, Written Press/Presse écrite/Prensa escrita on May 28, 2008 by haitiinthenews

jcharles@MiamiHerald.com

Haitian President Rene Preval has named a new choice to be his prime minister: adviser and confidante, Robert “Bob” Manuel.

Manuel previously served as state secretary for public security in 1996 during Preval’s first presidential term, before resigning from the post.

According to sources close to the president, Preval informed the presidents of both the Chamber of Deputies and the Senate late Sunday night of his nomination. The decision came after a week tensed with speculation and consultations with lawmakers and political party leaders over who the next nominee would be.

Haiti has been without a working government or prime minister ever since the Haitian senate fired Prime Minister Jacques-Edouard Alexis following a week of deadly food riots in the Caribbean nation.

Two weeks ago, members of the lower chamber rejected Preval’s first choice, international banker Ericq Pierre.

It remains to be seen whether lawmakers will approve Manuel, who is scheduled to present his official documents on Monday in order to get the process started. Lawmakers must first decide if he’s qualified to hold the post before he can move to the second and final step: ratification.

http://www.miamiherald.com/news/americas/haiti/story/546867.html

 

Advertisements

Brazilian leader’s visit to Haiti eagerly awaited

Posted in English, Miami Herald, Photo, Politics, Written Press/Presse écrite/Prensa escrita on May 28, 2008 by haitiinthenews

Brazilian President Luiz Inácio Lula da Silva is coming to Haiti amid mounting pressure for him to serve as a moderating force in the Caribbean nation’s political impasse.

jcharles@MiamiHerald.com

A U.N. Brazilian peacekeeper stands guard as children wait outside a school in the Cite Soleil section of Port au Prince Tuesday. Brazilian President Luiz Inacio Lula da Silva will arrive in Haiti Wednesday.
ARIANA CUBILLOS/AP PHOTO
A U.N. Brazilian peacekeeper stands guard as children wait outside a school in the Cite Soleil section of Port au Prince Tuesday. Brazilian President Luiz Inacio Lula da Silva will arrive in Haiti Wednesday.

 

With the largest battalion of United Nations peacekeepers patrolling the streets of Haiti, Brazilian President Luiz Inácio Lula da Silva has been one of the Caribbean nation’s leading defenders, championing its fledging democracy both at home and abroad. 

But as Haiti continues to drift politically, some are hoping that Lula’s arrival Wednesday will be the political nudge the troubled nation needs to get back on course.

”No one knows what he’s going to do,” a foreign diplomat said about Lula, who has received talking points in anticipation of his meeting with Haitian President René Préval.

”He knows what his colleagues from other countries are expecting,” said the diplomat, who asked for anonymity because he’s not authorized to speak on the matter.

Lula’s six-hour visit comes as Haiti is entering its seventh week without a functioning government or prime minister following food riots that left at least six people dead including a U.N. peacekeeper.

PRIME MINISTER FIRED

In its wake, Haitian senators fired Prime Minister Jacques-Edouard Alexis on April 12, accusing him of mismanaging the economy and triggering the crisis.

But as the crisis looms, so do frustrations and concerns in an impoverished country where Haitian and foreign observers are increasingly worried that the political impasse — coupled with the spike in global food and fuel prices — could force the country further into chaos.

”When I came into office, I thought this country was going to progress,” said Eric Jean-Jacques, president of Haiti’s lower chamber of deputies.

“But it’s the same old history that is being repeated. There is always a handicap.”

NOMINEE REJECTED

Two weeks ago, 51 of Jean-Jacques’ colleagues in the lower chamber rejected Préval’s choice to replace Alexis, international technocrat Ericq Pierre.

In frustration, both the ambassadors of Canada and the European Union went on Haitian radio warning that the longer Haiti remained without a government, the more it risks losing the gains it had made following Préval’s February 2006 presidential election.

On Sunday, Préval offered up a new nominee: political advisor and close friend, Robert ”Bob” Manuel.

But as a 53-member voting bloc in the lower chamber met on Tuesday to discuss wether they would support Manuel’s nomination, analysts remained divided over his chances.

Lula’s foreign ministry said the main purpose of his trip will be to figure out what role Brazil and the 7,060-strong U.N. Stabilization Mission, known by its French acronym MINUSTAH, can play in the “restoration of democracy in Haiti.”

NO ADVICE

”Our job isn’t to give advice,” said a spokeswoman in Brazil’s foreign ministry. “Haiti is a sovereign country. We’re only going to see what role we can play in rebuilding the country.”

Both Préval and Lula are expected to discuss the progress of various bilateral technical programs, such as a food program where Brazil has donated $200,000 and a trash collection program in Port-au-Prince that India, Brazil, and African countries have contributed to.

Brazil and Haiti are expected to sign five different accords.

They’ll also talk about the in-flow of international donations and evaluate whether it’s been satisfactory.

Lula is trying to organize a meeting for Haiti among international donors during next week’s annual World Food Program meeting in Rome.

MORE ENGINEERS

Recently, Brazilian lawmakers approved Lula’s request to increase his 1,246-strong blue helmet soldiers in Haiti by an additional 100 engineers.

But like his Chilean and Argentine counterparts, Lula is facing domestic pressure to pull his troops out of Haiti.

”At this moment, the Brazilian position has been to renew our work with MINUSTAH. We don’t have the intention of leaving,” said the Brazilian foreign ministry spokeswoman.

Rubens Barbosa, a Brazil-based consultant who served as Brazil’s ambassador to the United States from 1999 to 2004, said that while he believes Brazil should end its mission in Haiti because of the costs, he sees the South American nation staying involved for the foreseeable future.

As for Lula’s ability to get Préval to listen to the international community, he said. “Lula will certainly try, but without the international community there to help, it’ll be very difficult for the country to come back.”

To read more about Haiti and South Florida’s Haitian community go to miamiherald.com/haiti/

 

 

Haïti : la situation reste tendue

Posted in Español, Hunger/Faim/Fin/Hambre, Photo, Politics, RFI - radio frances internationale, Uncategorized, Written Press/Presse écrite/Prensa escrita on May 2, 2008 by haitiinthenews

Article publié le 27/04/2008 Dernière mise à jour le 27/04/2008 à 14:51 TU

Les ministres de l’Agriculture de plusieurs pays d’Amérique centrale et des Caraïbes se sont retrouvés samedi à Managua au Nicaragua pour tenter de prendre des mesures et faire face à la crise alimentaire actuelle provoquée par la flambée des prix. 630 millions de dollars devraient être investis pour augmenter la production agricole locale. Un sommet consacré à la crise alimentaire réunira les présidents d’Amérique centrale le 7 mai. En Haïti, théâtre d’affrontements récents, la situation reste extrêmement tendue. Reportages.


Philippe Nadel)

 

A Haïti, alors que la Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti) distribue du riz, une file d’attente est constituée.
(Photo : Philippe Nadel)

Avec notre envoyé spécial à Haïti, Jean-Pierre Boris

Malgré les pressions internationales, et elles sont nombreuses, le président René Préval fait traîner la nomination d’un Premier Ministre. Depuis que, il y a deux semaines, le Sénat a renversé le gouvernement de Jacques-Edouard Alexis, le fonctionnement de l’administration haïtienne est paralysé.

En province les maires se plaignent de l’assèchement de leurs finances. « Plus rien ne se fait », se lamente le maire de Miragoane, un port à environ cent kilomètres de la capitale. Au pied de sa mairie, les travaux d’aménagement de la place centrale ont été arrêtés sine die. Pas moyen de payer les entreprises. Plus encore que dans les administrations, c’est dans les quartiers pauvres qu’on attend la décision de René Préval.

Après les émeutes du début avril, le chef de l’Etat haïtien avait annoncé une baisse des prix du riz. Cette annonce n’a pas eu d’impact réel. Si le président Préval s’obstine à jouer la montre ou nomme un chef de gouvernement dont le profil politique n’est porteur d’aucune promesse de changement, la jeunesse haïtienne, à bout de patience, se tient prête à reprendre la rue. C’est ce qu’assurent tous les milieux informés en Haïti. Certains ajoutent même que le président Préval pourrait être obligé de partir.

Dans la ville de Les Cayes

Première ville haïtienne à s’être soulevée au début du mois d’avril, Les Cayes, au sud du pays, est toujours au bord de l’insurrection.

 

http://www.rfi.fr/actufr/articles/100/article_65515.asp

Ericq Pierre nommé Premier ministre

Posted in Français, Photo, Politics, RFI - radio frances internationale, Written Press/Presse écrite/Prensa escrita on May 2, 2008 by haitiinthenews

Ericq Pierre nommé Premier ministre

par Sylvain Biville

Article publié le 28/04/2008 Dernière mise à jour le 28/04/2008 à 15:01 TU

AFP) 

Pierre Ericq, nouveau Premier ministre haïtien, sur une photo datant de mai 2006.
(Photo : AFP)

Après deux semaines de crise politique, le président haïtien René Préval a nommé Ericq Pierre, économiste à la Banque interaméricaine de développement, au poste de Premier ministre. Il doit encore être confirmé par le Parlement. Il aura la lourde tâche de rétablir la stabilité dans le pays, après les émeutes de la faim qui ont conduit, le 12 avril, au renversement de son prédécesseur, Jacques-Edouard Alexis.

La première urgence pour Ericq Pierre consiste à remettre la main sur le certificat de naissance de ses grands-parents. Avant même de solliciter la confiance du Parlement, le tout nouveau Premier ministre doit en effet présenter aux élus des pièces justificatives de sa nationalité. Pour avoir négligé cette formalité, Ericq Pierre a échoué une première fois à devenir Premier ministre. C’était en 1997. René Préval accomplissait son premier mandat présidentiel (1996-2001). Et déjà, il avait choisi cet économiste de la Banque interaméricaine de développement (BID), agronome de formation comme lui, pour diriger le gouvernement. L’absence de certificats de naissance avait à l’époque servi de prétexte au Parlement pour rejeter la nomination.

 

Onze ans après cette déconvenue, Ericq Pierre espère aujourd’hui, à 63 ans, entamer enfin une carrière politique. Cela fait presque deux décennies qu’il vit à Washington, siège de la BID. C’est précisément son profil de technocrate, qui n’est pas directement affilié à une formation partisane, qui a permis à son nom d’émerger dans les tractations menées pour trouver un successeur à Jacques-Edouard Alexis, renversé par un vote de censure du Sénat le 12 avril. Le Premier ministre sortant a payé pour les émeutes de la faim qui ont secoué le pays au début du mois. Le mouvement de colère de la population face à l’augmentation du coût de la vie a débuté le 3 avril aux Cayes, la troisième plus grande ville du pays, avant de prendre de l’ampleur pour finalement atteindre la capitale, Port-au-Prince, le 7 avril.

Un pays sous perfusion

« Nous préférons mourir par balles que de faim », clamaient les manifestants, qui ont tenté de forcer la grille du Palais présidentiel, protégé par les blindés de la Mission de stabilisation des Nations unies en Haïti (MINUSTAH), forte de 9000 casques bleus. Bilan d’une semaine de manifestions et de pillages : 7 morts, dont un policier de l’ONU nigérian. Après un long silence, le président René Préval a fini par annoncer, le 12 avril, une diminution du prix du sac de 23 kg de riz, qui est passé de 51 à 43 dollars, grâce à un effort conjoint des importateurs et du gouvernement. Mais selon l’envoyé spécial de RFI en Haïti, Jean-Pierre Boris, cette mesure, limitée à 30 jours, n’a eu qu’un impact limité sur une population qui, dans sa grande majorité, tente de survivre avec deux dollars par jour.

Haïti traverse aujourd’hui sa plus grave crise économique et sociale depuis l’élection de René Préval pour un second mandat en février 2006. Le chef de la MINUSTAH, le Tunisien Hédi Annabi, a déploré sur RFI des tentatives d’ « instrumentalisation politique » des émeutes et il a estimé que cette flambée de violence faisait faire un pas en arrière au pays, après les timides progrès enregistrés ces dernières années dans le domaine de la sécurité. Dans ce contexte très instable, l’ensemble de la communauté internationale s’est inquiétée du vide politique, depuis le renversement du gouvernement. Ces derniers jours, les émissaires se sont se sont succédés auprès du chef de l’Etat pour le presser de nommer au plus vite un nouveau Premier ministre (le Secrétaire général de l’Organisation des Etats américains, le secrétaire d’Etat français à la Coopération, le chef de la diplomatie espagnole).

Dans son choix, René Préval a dû tenir compte aussi bien des bailleurs de fonds, qui tiennent le pays sous perfusion, que de la classe politique particulièrement émiettée. En l’absence de majorité claire au Parlement, Ericq Pierre devra convaincre une coalition suffisamment large pour obtenir l’investiture. Il devra surtout donner des gages à une population de plus en plus impatiente. S’il est confirmé, une des ses premières tâches sera d’organiser au plus vite la conférence des donateurs, qui était prévue le 25 avril à Port-au-Prince et a été reportée sine die en raison de la crise politique. Sans aide extérieure massive pour faire face à la crise alimentaire, les manifestations peuvent reprendre d’un jour à l’autre.

http://www.rfi.fr/actufr/articles/100/article_65564.asp